754_Palazzetto-Bru-Zane-Nicola-Bertasi-8.jpg
Offenbach Colorature

Jacques Offenbach et le Paris de la musique légère

À propos de Mme Ugalde, grande interprète d’Offenbach, Berlioz écrivait : « Je ne dirai pas qu’elle chante comme l’oiseau chante ; cette comparaison m’a toujours paru peu juste et peu flatteuse pour une cantatrice, mais je dirai : elle chante comme l’oiseau vole. » Si l’on connaît par cœur les prouesses techniques de la Poupée Olympia des Contes d’Hoffmann ou celles d’Eurydice dans Orphée aux Enfers, on sait moins que les rôles virtuoses peuplent bien d’autres ouvrages d’Offenbach et offrent un panorama très riche des compétences vocales de la « soprano colorature » du XIXe siècle. Jodie Devos, accompagnée de l’Ensemble Contraste, affronte brillamment ces difficultés pour les transformer en de spectaculaires expressions de l’âme romantique.
 
Avec
Jodie Devos, soprano
&
L’Ensemble Contraste
Arnaud Thorette, Johan Farjot direction
Arnaud Thorette, violon
Antoine Pierlot, violoncelle
Jean-Luc Votano, clarinette
Johan Farjot, piano & arrangements
 
Programme:
1/  Vert-Vert, Air de La Corilla : « Les plus beaux vers sont toujours fades »
2/ Mesdames de la Halle, Récitatif et rondo de Ciboulette : « Quel bruit et quel tapage »
3/ Harmonies du soir, transcription de l’original (pour violoncelle et piano) pour alto et piano
4/ Fantasio, Récit et romance d’Elsbeth : « Voilà toute la ville en fête »
5/ Les Contes d’Hoffmann, Entr’acte et Barcarolle (arrangement instrumental)
6/ Les Contes d’Hoffmann, Air d’Olympia : « Les oiseaux dans la charmille »
7/ Pot-pourri en forme de fantaisie sur Orphée aux Enfers (arrangement pour clarinette et piano d’après un arrangement pour piano à quatre mains d’Hector Ollivier)
8/ Orphée aux Enfers, Couplets d’Eurydice : « La mort m’apparaît souriante » Avec ou sans entracte
9/ Les Larmes de Jacqueline (pour violoncelle et piano)
10/ Le Roi Carotte, Romance de Rosée du Soir : « Le voilà... c’est bien lui »
11/ La Vie parisienne, Air du Brésilien (arrangement instrumental) 12/ Un mari à la porte, Valse-tyrolienne de Rosita : « J’entends, ma belle »
13/ Orphée aux Enfers, Menuet et Galop infernal (arrangement instrumental)
14/ Robinson Crusoé, Valse d’Edwige : « Conduisez-moi vers celui que j’adore »
 
Durée : 1h15 sans entracte 
(possibilité d’ajouter un entracte)
Production Palazetto Bru Zane - Centre de musique romantique française